On retrouve le thème de la femme-cygne dans de nombreuses légendes à travers le monde. Parfois le type d’oiseau diffère mais on parle toujours de créatures célestes, féminines, ailées et bienfaisantes. Les contes et les légendes celtiques font mention de femmes-cygnes ; les Sirines.  Elles viennent se poser au bord de l’eau et retirent leur manteau de plumes pour se baigner et c’est à ce moment que leur drame arrive. Convoitées elles se font piégées et emprisonnées par leur amoureux.

L’histoire de la femme-cygne.

Elle raconte l’histoire d’un jeune homme célibataire. Celui-ci vole une robe magique faite de plumes de cygne à une femme-cygne pour qu’elle ne puisse pas lui échapper en s’envolant et l’épouse. Certaines versions avancent qu’elle porte ses enfants ; lorsque les enfants grandissent, ils chantent une chanson à l’endroit où leur père a caché la robe de plumes. D’autres récits racontent qu’un des enfants demande à sa mère pourquoi elle pleure continuellement et trouvent la robe. La femme-cygne reprend alors immédiatement sa robe, disparaît et retourne au pays d’où elle vient. Bien que cela l’attriste d’abandonner ses enfants, elle ne les emmène pas avec elle, mais revient parfois les chercher. Quant au mari dans tout ca, il parvient parfois à la retrouver avec beaucoup d’efforts. Mais le plus souvent, face à l’immensité de la tâche, le mari n’ose même pas se lancer à se recherche.

La symbolique de la femme-cygne.

Dans la culture celtique, le cygne est considéré comme l’oiseau de l’Autre Monde. Il est la forme la plus prisée pour les messagères du Sid lorsqu’elles viennent dans le monde des hommes. Sur beaucoup d’œuvres d’art celtiques, deux Cygnes figurent sur un côté de la barque solaire, qu’ils guident et accompagnent dans leur voyage. Venant du nord ou y retournant, ils symbolisent les états supérieurs ou angéliques de l’être en cours de délivrance.