Lorsque l’on se balade en Bretagne, on ne peut pas le louper ! Il est partout et pour cause : c’est un symbole celtique qui date de -400 avant J.C. !! Le mot « Triskèle » nous vient du Grec « triskélès » qui signifie à trois jambes. Appellation cohérente puisque le symbole se dessine avec trois branches et coloré en noir et blanc. Quelles symboliques se cachent derrière lui ?

Décodage des trois branches du Triskell.

Ces trois branches décrivent un mouvement circulaire tournant dans le sens des aiguilles d’une montre ou inversement. Ce mouvement connote bien sur l’idée d’un cycle. Différentes interprétations sont livrées quand à ce qu’elles représentent. Pour certains il s’agit des éléments l’Eau, la Terre et le Feu. Pour d’autres c’est un symbole solaire qui dessine les 3 points cardinaux du soleil que sont le lever, le zénith et le coucher. Encore d’autres interprétations lui sont attribuées comme les 3 âges de la vie : jeunesse, âge mûr et vieillesse. Ou encore les 3 temps : passé, présent et avenir ! À noter que la valeur symbolique du chiffre 3 est très forte dans la culture celte. On le retrouve également dans les 3 dieux fondamentaux, les 3 druides primordiaux, les 3 déesses de la guerre ou encore les 3 reines d’Irlande.

L’importance du sens giratoire du Triskell.

La manière dont tourne le symbole détermine son énergie. Tantôt positive ou diurne lorsqu’il tourne dans le sens des aiguilles d’une montre. Tantôt négative ou nocturne lorsqu’il tourne à l’inverse. Du coup, le Triskel négatif est annonciateur de guerre. Le positif lui décrit un temps de paix et d’harmonie. Cette symbolique rejoint celle des danses de guerre celtes qui démarrent en tournant vers la gauche, manifestation de défi et d’hostilité mais qui se terminent toujours vers la droite, signe de victoire. Idem pour les danses bretonnes qui s’enchaînent tournent toujours vers la droite pour symboliser la joie.